La vie après Siham

Namir Abdel Messeeh
Égypte - France

Synopsis

Alors qu’il réalise un documentaire sur son propre deuil familial, Namir, cinéaste en crise de la quarantaine, se rend au Caire animer un atelier d’écriture. Sa rencontre avec des stagiaires en quête de liberté créative va déclencher un processus de transformation qui lui permettra d’entrevoir la finalité de ce film qu’il ne parvient pas à finir : rendre hommage à ses parents en acceptant d’embrasser la vie pleinement.

Documentaire - Fiction
Production

Les Films d’Ici (France)
Camille Laemlé
[email protected]

 

Coproduction

Oweda Films (Egypte)
Namir Abdel Messeeh

Note du réalisateur

Il y a un an, j’ai offert un chat à mes enfants. Cela les a remplis de joie. Ma première pensée a été : un jour, mes enfants pleureront sa perte. Quand j’ai choisi ce chat, j’ai aussi choisi d’accueillir la tristesse de la séparation. C’est un paquet. On ne peut pas avoir la joie sans la tristesse. J'ai accepté qu'ils connaissent cette souffrance parce que l’expérience d’amour qu’ils vivront sera finalement plus forte. Je sais qu'elle vaudra le coût. Ils seront tristes. Puis viendra la reconnaissance de l’avoir connu. Lorsqu'il nous apprend à accepter de dire au revoir à nos parents, de dépasser la souffrance de l’abandon pour nous connecter à la gratitude et à la reconnaissance, le chemin du deuil nous permet une renaissance. C’est cette histoire-là que je souhaite vous raconter dans La vie après Siham.

Biographies

Namir Abdel Messeeh
Namir Abdel Messeeh
Réalisateur

Namir Abdel Messeeh a vécu ses premières années en Egypte avant de rejoindre la France, où il intégra la Fémis en réalisation. Il réalise plusieurs courts métrages avant d’aborder des sujets plus intimes avec Toi, Waguih. Son dernier film, La vierge, les coptes et moi (90'), explore avec humour sa relation avec sa terre natale et sa famille copte. Sélectionné dans de nombreux festivals tels que Cannes, Berlin ou le CPH:DOX, le film obtient en 2011 le Tanit d’Argent aux JCC de Carthage et le prix du meilleur documentaire au festival de Doha avant de faire 112 000 spectateurs au cinéma.

Camille Laemlé
Camille Laemlé
Productrice

Depuis 2009, Camille Laemlé produit avec Serge Lalou des documentaires tels Les Âmes mortes de Wang Bing (sélection officielle Cannes 2018), Derniers Jours à Shibati de Hendrick Dusollier (grand prix compétition française Cinéma du Réel 2017), Fuocoammare de Gianfranco Rosi (Ours d’or Berlinale 2016, César et Oscars 2017), Entre les Frontières d'Avi Mograbi (Berlinale 2016), Chacun sa bonne de Maher Abi Samra (Berlinale 2016), Eau Argentée de Ossama Mohammed et Wiam Simav Bedirxan (Sélection officielle Cannes 2014), Arguments de Olivier Zabat et Emmanuelle Manck (Locarno 2019), La République du silence de Diana el Jeiroudi, Nocturne de Gianfranco Rosi (Biennale de Venise 2020), Judas de Boris Gerrets.

Budget total

€700 000

Budget sécurisé

€15 000

Partenaires

AFAC - Arab Fund for Arts and Culture

Période et lieux de tournage

Juin 2021, Egypte, France

Date de diffusion estimée

Hivers 2021

A la recherche de

Coproducteur MENA, distribution, partenaires financiers (festivals, fondations)

Autres Projets en développement